#14 – Se libérer du smartphone

imprimer
Se-libérer-du-smartphone

1 semaine – 2 actions

Si après la semaine d’observation du défi de la semaine précédente, vous êtes aussi effrayé.e.s que moi par le nombre d’heures passées sur le smartphone, il est plus que temps de passer à l’action ! Avant cela, comprenons pourquoi nous en sommes si dépendant.e.s.

J’indique ci-dessous l’essentiel d’un article très bien documenté (l’article intégral traite aussi des conséquences économiques, écologiques et politiques).

Une addiction organisée et une aliénation psychologique

Les concepteurs de l’objet lui-même, des systèmes d’exploitation et des programmes et logiciels qui y prennent place embauchent des neuropsychiatres pour les aider à façonner des mécanismes cognitifs d’addiction.

Les innovations fonctionnelles telles que le renouvellement automatique des paiements, la suggestion des contenus, le scroll infini, etc. ont toutes en commun de réduire l’activité consciente des usagers, au prétexte de lui faciliter la vie. C’est l’effet « pilote automatique ».

On observe également :

  • une réduction de nos facultés cognitives, en particulier notre mémoire, notre vue
  • une influence néfaste sur la quantité et la qualité de notre sommeil
  • une érosion générale de nos capacités d’attention et de concentration
  • le sentiment d’être en permanence dans l’urgence (vite vite vite , répondre au dernier mail, regarder la météo, liker sur Facebook, etc.)
  • une baisse de l’empathie en raison de la réduction des « connexions humaines », qui nous déshabituent des émotions humaines « dans la vraie vie »
  • une convivialité abîmée dans les lieux comme les bars, restaurants, boîtes de nuits, où les gens se parlent moins à cause des smartphones, à l’heure où l’on a plus que jamais besoin de fraternité, d’attention aux autres plutôt que de repli

A l’impossible nul.le n’est tenu.e. En route donc pour les 2 actions.

Action 1

Elle consiste à faire un test mis au point par une psychologue et un chercheur en interaction homme-machine de l’université d’État de l’Iowa, afin de prendre conscience de son niveau de dépendance au smartphone.

Action 2

La 2ème action est plus radicale : descendre le smartphone à la cave. Je rigole…à moitié.

Plus sérieusement, chacun.e va s’imposer une règle d’utilisation de son smartphone pendant 1 semaine, l’idée étant bien sûr que l’habitude perdure au-delà.

En fonction de son ressenti, on l’éteint au minimum 15 minutes pour commencer, puis on augmente progressivement cette durée pendant 7 jours.

L’idée de la cave n’est pas si farfelue : la tentation de le rallumer vite fait pour voir ce qu’on a raté de trèèèèès important sera freinée par la distance géographique qui nous en sépare.

Et pour reprendre la maîtrise de notre temps, on peut tout à fait se préparer une liste d’activités à faire dans la vraie vie.

Exemples

  • On attend à l’arrêt de bus ? On se remémore un souvenir positif, qui va nous mettre en joie.
  • On a 10 minutes ? On lit quelques pages du livre entamé il y a 3 mois.
  • On a 20 minutes ? On ferme les yeux et on se repose.
  • On a 30 minutes ? On va marcher.
  • On a 40 minutes ? On fait un tour dans son logis, on ouvre ses placards, on regarde sa déco et on programme du désencombrement ou des réaménagements légers.
  • On a plus de temps ? Youhou, c’est open bar pour les idées bien-être.

Bonne semaine à vous !

POUR ALLER PLUS LOIN

Source de l’article

Source du test

2 réflexions au sujet de « #14 – Se libérer du smartphone »

    1. Merci Marine ! On ne se rend pas toujours compte de l’impact du smartphone sur notre vie, pas toujours pour le meilleur, et il me semblait utile de le rappeler. Belle fin de semaine et cordialement. Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.