#8 – Choisir son savon sans boeuf ni mouton

imprimer
Choisir-un-savon-naturel
Choisir-un-savon-naturel

L’industrie des produits d’hygiène et cosmétiques ne nous épargnera rien en ajoutant des substances qui n’ont rien à faire dans un savon.

Aussi, pour préserver la bonne santé de notre peau, choisir un savon de qualité est indispensable.

Notre peau

D’une surface de près de 2 m2, elle est un écosystème très sophistiqué à elle toute seule.

Notre peau

  • possède un film hydrolipidique, essentiel dans la prévention de la déshydratation
  • régule notre température interne
  • barre le passage aux microbes qui voudraient pénétrer dans notre corps grâce à sa flore cutanée
  • est capable de se régénérer
  • synthétise la vitamine D
  • perçoit diverses sensations (chaud, froid, doux, piquant, etc.)

C’est dire si elle mérite tous nos petits soins.

L’eau, ça lave 

L’emploi quotidien de savon ou de gel douche finit par détruire le film hydrolipidique et assèche la peau.

Aussi, en dehors d’activités très salissantes et de certaines parties du corps, on peut tout à fait se laver très souvent à l’eau, la sueur étant soluble dans l’eau.

Mais bon, on ne peut quand même pas se passer totalement de savon, alors autant bien le choisir.

Et pour cela, rien de mieux que de savoir ce qu’est un savon exactement.

La fabrication d’un savon

Un savon est composé de soude et de corps gras :

  • huile d’olive (sodium olivate) ou de palme (sodium palmate) ou de coco (sodium cocoate)
  • suif, une matière grasse provenant du mouton (lanoline) ou du bœuf (sodium tallowate)

Lors du processus de saponification (mélange des corps gras et de la soude), une substance se forme naturellement : la glycérine, aux propriétés émollientes et hydratantes.

Mais…la plupart des industriels l’extraient pour la revendre à l’industrie des cosmétiques et ajoutent, à la place, des tensioactifs d’origine chimique irritants pour notre peau et peu biodégradables.

Et non contents de nous priver de cette précieuse substance, ils chauffent le mélange corps gras-soude pour accélérer la saponification, ce qui dénature la qualité des ingrédients d’origine végétale.

Et voilà, c’est ça un savon industriel !

L’action de la semaine

En route donc pour l’action de la semaine, qui consiste à choisir un savon bio, de préférence artisanal, saponifié à froid, surgras, contenant :

  • la fameuse glycérine
  • des huiles nobles telles qu’olive, jojoba, argan, amande douce
  • des beurres végétaux tels que le karité ou le coco
  • des huiles essentielles de qualité

En évitant de détruire le film hydrolipidique de la peau, l’emploi d’une crème hydratante deviendra quasiment superflu. C’est toujours un produit de moins dans notre placard de salle de bains.

Bonne semaine et à jeudi prochain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.