« Les carottes ne suffisent pas » : un témoignage poignant

imprimer
J’ai adoré ce livre, écrit comme une histoire que l’on raconte, le soir, à nos enfants. Tout comme « la Chèvre de Monsieur Crétin », j’ai trouvé ce bouquin dans la bibliothèque gratuite de ma commune,  « Livres en liberté ». Merci mille fois à la personne qui l’y a déposé…

Josiane Haas, auteure, et Martine Wolhauser, photographe, se sont immergées durant une année dans l’exploitation maraîchère d’Urs Gfeller, à la frontière entre le canton de Vaud et celui de Fribourg. Elles ont suivi le quotidien de la vingtaine de collaborateurs oeuvrant au domaine, soit à la terre, soit au marché, soit dans le magasin de vente directe. Le récit tout comme les photos sont empreints d’une profonde humanité et d’une grande délicatesse. Le témoignage de Josiane et Martine a su magnifiquement mettre en lumière ce qui anime les maraîchers et maraîchères de Gfeller Bio : passion, conviction et enthousiasme.

La terre donne. Beaucoup.

Plonger les mains dans la terre, craindre que la sécheresse ou la pluie n’anéantissent des mois de travail, apprendre que les choux de Bruxelles sont meilleurs s’ils gèlent, comprendre les difficultés de se convertir au bio, avoir le coeur serré pour les agriculteurs pris au piège de la culture conventionnelle, être consciente de la pénibilité du travail de ces personnes courbées, à genoux, dehors par tous les temps, fondre de joie devant les petites pousses repiquées en pleine terre : tout comme Josiane et Martine, j’ai vécu cela, au cours de ce voyage immobile. Et s’il ne me fallait choisir qu’un seul mot pour décrire mon sentiment profond, une fois refermée la dernière page, ce serait : RESPECT. Respect pour ces hommes et ces femmes qui nous nourrissent…

Un joyeux projet : une forêt qui se mange

A la fin du livre, on découvre le super projet de l’équipe: faire pousser une forêt comestible. J’ai écrit à Urs Gfleller pour en savoir plus et voici la réponse intégrale : « pour répondre à votre question : nous avons planté une série d’arbres haute-tige l’automne passé. Cet automne, nous avons prévu de planter environ 200 arbustes et buissons de fruits comestibles… la mise en place sera un processus qui durera environ 5 ans. Nous devons encore aménager les zones humides et les zones sèches… donc il y a encore du boulot ! Nous ne sommes que dans les débuts. Pour info, il devrait y avoir un article dans le 24 Heures dans la semaine du 8 août… ». 

Page après page, je me suis souvenue que

Cette phrase simple et forte a renforcé l’état d’esprit qui m’habite depuis longtemps, grâce à ce livre éclairant de Pierre Rabhi
« Il ne suffit pas de manger bio pour changer le monde ».
Depuis, chaque jour, j’essaie d’accorder mes actes et ma conscience, dans la joie. Chaque jour, j’accepte aussi d’avoir, parfois, des incohérences…

Et vous, quelles sont les lectures qui vous ont laissé une empreinte forte  ? Partagez-les en commentaire, toute la communauté en profitera !

Joyeusement vôtre,
Nathalie

Le site de l’exploitation maraîchère Gfeller bio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.