L’Etat islamique dans mon réservoir à essence

imprimer

EI 4Toute reproduction, même partielle, de cette oeuvre d’art, est vivement encouragée afin de faire connaître au plus grand nombre un genre pictural méconnu.

L’autre jour, je faisais le plein, pensive et pas vraiment à mon affaire quand soudain…psschittt…une étincelle a jailli, embrasant non pas la station-service mais mon cerveau soudain échauffé ! Mazette me suis-je dit, tu traces tes carottes bio mais tu ne sais rien de l’origine de  l’essence que tu mets dans ta voiture ?

Il ne m’a pas été nécessaire de chercher longtemps sur internet ! Tous les spécialistes pensent que « heu, oui, certainement, peut-être, sans doute, probablement » l’entité nébuleuse Daech nous fournit en pétrole.

La personne très aimable de l’Office fédéral suisse de l’énergie que j’ai contactée résume cette situation en ces termes : « comme vous le faites remarquer dans votre demande, l’origine des marchandises que nous importons est un sujet éminemment complexe. En Suisse, c’est l’Administration fédérale des douanes qui est l’autorité compétente en matière de statistiques du commerce extérieur. L’AFD publie sur son site les définitions et critères d’analyse relatifs notamment aux pays d’origine des matières premières ou produits importés. Il est toutefois peu probable que l’AFD dispose des moyens nécessaires pour suivre la trace de ces marchandises depuis l’endroit de « première origine » jusqu’à notre frontière. Pour l’AFD, le pays d’origine est celui où les marchandises ont été obtenues (pays fournisseur) ou en majeure partie fabriquées. Si ces marchandises ont au préalable fait l’objet d’échanges intermédiaires entre le pays fournisseur et d’autres pays, l’AFD n’a sans doute pas les moyens de le savoir ».

Un peu abasourdie par ces révélations mais néanmoins fidèle à ma devise préférée « à tout problème, une solution », je décide de vivre une journée normale sans pétrole ni produits dérivés du pétrole, juste comme ça, pour voir…

Le lendemain…

« Enthousiasmée par mon projet, j’ouvre les yeux de bonne heure et j’éteins le réveil avant qu’il ne tire des songes le prince au bois dormant. Zut, cet agressif accessoire est en pétro-plastique ! Ce n’est pas grave, je conditionnerai mon cerveau dès demain à se réveiller tout seul (heu…entreprise hasardeuse…).

Allez, un bon thé, ça va me faire du bien. Le socle de la bouilloire est aussi en pétro-plastique ? Qu’à cela ne tienne, je n’ai qu’à boire de l’eau froide du robinet.

Je continue à me préparer, plus très emballée : ne pouvant décemment pas aller travailler vêtue de mes seules convictions, j’enfile des vêtements qu’il a bien fallu transporter. Courage ma fille, ça va s’arranger…

…sauf qu’au bureau, ce n’est guère plus brillant. Mon boss, me voyant frappée de stupeur devant ce pétro-univers et pas vraiment convaincu par mon discours alambiqué sur ma journée sans pétrole m’enjoint d’un regard incitatif à me mettre au boulot ».

Et bien cela a été tout vu et j’ai quitté vite fait le pays de Candy : il nous est probablement impossible d’échapper au pétrole de l’Etat islamique. Et je me sens démunie, impuissante, incapable d’entrevoir la moindre solution à ce problème et encore plus incapable de trouver une chute positive à cet article…

Bonne journée quand même !

Pour aller plus loin

Confédération suisse – Secrétariat d’état à l’économie
Mesures à l’encontre de la Syrie

L’AGEFI – Journal financier
Le financement de l’Etat islamique

Courrier des lecteurs – Magazine Bon à savoir n° 85 – Février 2016

Article Bon à savoir pétrole EI

Une réflexion sur « L’Etat islamique dans mon réservoir à essence »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.