16 astuces pour un voyage éco-durable

imprimer
PANCARTE_PINCE_NOIRE ô toi éco-voyageur

 

  1. Des destinations qui ont déjà des pratiques responsables tu privilégieras
  2. Dans la mesure du possible en train tu te déplaceras
    (la marche ou la nage, ça va bien aussi)
  3. Pour l’avion, ta valise très légère tu prévoiras
  4. A tes déchets scrupuleusement tu veilleras
  5. La communauté My Green Trip tu rejoindras
  6. A tout achat tu réfléchiras
  7. Ton éco-kit chaque jour avec toi tu auras
  8. De la nourriture locale tu te délecteras
  9. Le lait solaire à l’huile solaire tu préfèreras
  10. Ta délicieuse douche tu abrégeras
  11. A l’hôtel, les échantillons de gel douche et shampooing tu fuiras
  12. Au resto, tes mains sécher toutes seules tu laisseras
  13. A la faune et à la flore, la paix tu ficheras
  14. Tes mégots provisoirement dans ton cendrier portatif tu conserveras
  15. Tes bons conseils à moi tu transmettras
  16. De tes vacances à fond tu profiteras !

Bon, quelques explications s’imposent : 

Les déplacements

  • Si on se déplace en avion, si possible privilégier pour un long trajet un vol sans escale; un avion consomme énormément de carburant au décollage et à l’atterrissage.
  • Toujours pour l’avion, prévoir des bagages les plus légers possibles, chaque réduction de poids allège la consommation de carburant.
  • Le train reste à ce jour l’alternative la plus verte. Par exemple, un trajet entre Naples et Milan rejette, par passager,  25 kg de Co2, la voiture 86 et l’avion 105. Et voyager en train, c’est renouer avec « prendre son temps ».
  • Pour visiter un pays, utiliser les transports publics permet de réduire son empreinte écologique. C’est ce mode de transport que nous avons adopté avec François : nous sillonnons ainsi depuis 12 ans l’Europe du sud principalement, pour notre plus grand plaisir tant les avantages sont nombreux.

Billt de train

 

Les destinations responsables

  • Allier plaisir et séjour éco-durable, c’est possible ! « Voyages pour la planète » propose une sélection d’hôtels et de séjours écolos et solidaires dans le monde entier.

Les déchets

  • Si on ne trouve pas de poubelles de tri dans nos lieux de séjour (encore que parfois, les poubelles existent, mais pas le système en aval…), on essaiera de produire le moins de déchets possible, et de rapporter les plus « sensibles », tels que les piles, les sacs plastique ou les flacons en plastique vides (ils avaient de la place à l’aller, ils en auront bien au retour…).
  • Nicolas Gluzman, fondateur de My Green Trip, a mis en place un projet permettant aux voyageurs de ramasser des déchets sur le lieu de séjour,
  • Jeter son mégot par terre, dans un caniveau ou dans l’eau (mer ou rivière) a de fâcheuses conséquences sur l’environnement. Un mégot met entre 4 et 12 ans pour disparaître. Il dégage des métaux lourds et des polluants comme la nicotine, le cadmium et le plomb, entre autres. Ces substances toxiques sont nuisibles à la faune terrestre et marine et à la flore.
    Cendrier
     Les achats
  • Essayons autant que faire se peut d’obtenir des informations sur les conditions de fabrication des achats qu’on envisage. Je me souviens de cette anecdote…dont je ne suis pas spécialement fière. De passage dans une petite ville du sud de la Turquie, j’avais flashé sur une jupe pleine de couleurs (en réalité un patchwork horrible, fait de morceaux de tissu épais, mais je ne l’ai « vu » que plus tard). Le vendeur, malin comme un singe et flairant l’écolo qui roupille en moi, m’avait affirmé que cette jupe avait été fabriquée dans de bonnes conditions sociales et environnementales. Concluant simultanément l’achat et un petit arrangement avec ma conscience, j’avais à peine franchi le seuil de la boutique que cette jupe pesait lourd, au propre comme au figuré. Je l’ai trimbalée durant quelques jours dans ma valise, puis j’ai fini par la laisser dans un hôtel, en espérant qu’elle fasse le bonheur de quelqu’un !
  • On n’achètera rien issu d’espèces animales menacées (les objets dérivés de corail, étoiles de mer, éponges, hippocampes, tortues de mer).
  • Bien souvent, nous voyageons dans des pays dont le niveau de vie est bien inférieur au nôtre. Alors marchandons un tout petit peu si c’est la coutume, mais n’oublions pas que pour nous, ce ne sont pas quelques sous qui vont faire la différence…

La valise, l’hygiène corporelle

  • Dans ma valise, j’y mets une trousse de toilette minimaliste qui contient des produits 100 % biodégradables en peu de jours, conditionnés dans des contenants réutilisables.
  • Pourquoi choisir un lait plutôt qu’une huile solaire ? Parce que cette dernière forme un écran à la surface de l’eau et ralentit la photosynthèse des végétaux sous-marins.
  • On évitera d’utiliser le sèche-mains ou l’essuie-mains en papier au resto par exemple. Pourquoi ? Le calcul est tout simple: en 2015, 1.2 milliards de voyageurs ont parcouru la planète. Je vous laisse imaginer ce qu’on économiserait en ressources naturelles si on laissait nos mains sécher toutes seules…surtout dans les pays chauds.
  • On retirera tous les emballages inutiles avant de partir, pour éviter de générer des déchets dans son pays de destination, qui ne dispose pas, peut-être, des installations adéquates pour le tri et le recyclage.
  • On s’abstiendra d’utiliser les échantillons de gel douche et shampooing, à la composition souvent douteuse et générateurs de déchets inutiles.

L’éco-kit

  • Je ne me défais jamais de mon éco-kit, il contient ce qu’il faut pour générer le moins de déchets possible tout en me rendant de grands services ! Le sac pliable sert de fourre-tout, les deux sacs en tissu (faits maison avec du tissu récupéré) servent principalement à l’achat de fruits, les deux couverts pliables sont très utiles si j’achète quelque chose à manger dans une épicerie et enfin, la gourde en inox étanche ma soif sans nuire à ma santé ni à l’environnement. Il faut savoir en effet que le plastique des bouteilles en PET (polyéthylène téréphtalate) est suspecté de contenir des perturbateurs endocriniens qui migrent dans le liquide.
  • Remplacer les sacs en plastique par des sacs en tissu évitera en outre qu’ils ne s’envolent dans la mer, étouffant au passage des animaux marins, ou qu’ils ne polluent la terre ferme.

Eco Kit

 

L’eau et l’électricité

  • Un touriste utilise en moyenne deux à quatre fois plus d’eau et d’énergie pendant ses vacances.

La nourriture

  • Les choix alimentaires de 1.2 milliards de voyageurs affamés peuvent avoir un impact écologique accru dans le pays de séjour. Cet organisme, Sustainable Table, nous renseigne à ce sujet.

POUR ALLER PLUS LOIN

Calculateur carbone

Voyages pour la planète (destinations et séjours écolos solidaires)

Neorizons (le tourisme responsable en 80 conseils)

le Guide de l’été, édité par le Département de développement durable du gouvernement français

My Green Trip (communauté de voyageurs-nettoyeurs)

Le Figaro Santé : faut-il bannir les bouteilles d’eau en plastique ?

Sustainable Table (impact de nos choix alimentaires)

Bonnes vacances !

 

 

4 réflexions au sujet de « 16 astuces pour un voyage éco-durable »

    1. Bonjour Sylvie,

      Je suis très contente que ces diverses astuces vous soient utiles en cette période de vacances et de voyages.

      Passez un bel été et à bientôt.

      Cordialement,
      Nathalie

  1. Quel bel article! Merci pour ces précieux conseils.
    Je vais de suite créer mon eco kit et arrêter de faire boire ma fille dans des gourdes plastiques!!!!

    1. Merci Virginie ! Ces conseils sont pour la plupart très simples à appliquer, et pas seulement en voyage, mais aussi quand on se balade pour la journée par exemple. Pour la gourde, il faut la choisir en inox et pas en aluminium, pour des raisons d’absence de toxicité. On en trouve régulièrement dans les magasins de seconde main. Sous la gourde, tu dois trouver la mention 18/10 (représente la proportion d’alliage entre le chrome 18% et le nickel 10%). Envoie-moi une photo de ton eco-kit, je la publierai dans l’article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *