Les plantes dépolluantes : mythe ou réalité ?

imprimer

 

Les plantes dépolluantes, mythe ou réalité ?
Les plantes vertes sont-elles utiles pour purifier l’air intérieur ?

 

Que celui ou celle qui n’a jamais remis en doute l’efficacité dépolluante des plantes lève la main ! Nous sommes nombreux.euses dans ce cas-là car ce message est régulièrement mis en avant par les jardineries et repris dans des articles.

UN RAPPORT A L’ORIGINE DU MYTHE

Tout le mythe s’est construit sur ce rapport de la NASA de 1989 –  “Interior landscape plants for indoor air pollution abatement”.
Au début des années 70, en plein choc pétrolier et augmentation du prix du baril, on construit des bâtiments moins énergétivores. L’intérieur est constitué de matériaux synthétiques.
Rapidement, les personnes se plaignent de divers maux (maux de tête, irritation oculaire, etc.) appelés “sick building syndrome” ou “syndrôme du bâtiment malsain”.
Pour résoudre ce problème, l’une des pistes consiste à tester l’efficacité dépolluante des plantes, ce à quoi s’attelle la prestigieuse agence spatiale.

LA METHODE D’EXPERIMENTATION

  • Pour mener à bien l’expérience, seuls 3 polluants sont étudiés alors qu’il en existe des dizaines dans l’air de nos intérieurs.
  • Une dizaine de plantes courantes est sélectionnée.
  • Chaque plante est placée dans un cube en plexiglas de 0.76 x 0.76 x 0.76.
  • Puis on injecte les 3 polluants à tour de rôle dans le cube de plexiglas.
  • Enfin, au bout de 24 heures, les spécialistes étudient l’avant et l’après.

les resultats

Les résultats de l’expérience ont certes démontré une relative efficacité épurative de certaines plantes MAIS dans un cadre très précis. Et ça, ce n’est pas la vraie vie car qui d’entre nous vit dans un petit cube en plexiglas ?

 
CE QUE DIT UNE AUTRE éTUDE
 
L’ADEME (Agence de la transition écologique) s’est penchée sur le sujet et a conclu, en 2011, « que l’argument plantes dépolluantes n’est pas validé scientifiquement au regard des niveaux de pollution généralement rencontrés dans les habitations et des nouvelles connaissances scientifiques dans le domaine ».

CONCLUSION

Pour autant, ne jetons pas les plantes avec l’eau d’arrosage !

Les plantes ont la capacité de transformer par photosynthèse le CO2 en oxygène durant la journée. En revanche, la nuit, elles produisent, tout comme nous, du gaz carbonique : les plantes doivent être sorties de la chambre pendant cette période.

Et puis finalement, à l’ère de la performance et de l’efficacité en tout, savourons ce qui ne nous “sert” à rien. Les plantes, c’est juste joli et c’est déjà beaucoup !

 

Portez-vous bien et à bientôt,
Nathalie
 

SOURCE 

  • l’étude de la NASA
  • l’étude de l’ADEME

 

 

 

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.